Mentir à Rome

mentiri ou mendacium dicere?

1re édition 2016

Patrick Vassart

En stock
64,00 €
icon-card
Paiement 100% sécurisé
icon-pack
Expédition en 24/48 h ouvrables
icon-truck
Livraison gratuite au Benelux
icon-phone
Besoin d'aide ? Contactez-nous au 0800 39 067

Description

Un paradoxe a suscité la recherche entreprise : en dépit de leur aspect intrinsèquement normatif, les notions rendues en langue française par le substantif « mensonge » et le verbe « mentir » apparaissent très rarement dans les textes de droit positif des systèmes juridiques d’inspiration romanogermanique et, dans leur dimension élémentaire de « propos sciemment inexact formulé dans l’intention d’induire en erreur », ne correspondent à aucun terme technique du lexique juridique. Elles participent certes de certaines figures juridiques complexes – telles que celles de « faux » ou de « dol » – mais, au titre d’éléments, demeurent en-deçà du seuil d’incrimination propre auxdites notions complexes : ainsi leur faut-il entrer en composition avec d’autres éléments pour entraîner la condamnation juridique que leur condamnation morale uniforme paraissait appeler a priori. Réduites à leur dimension élémentaire, elles révèlent ainsi une contradiction entre un principe moral de prohibition et un principe juridique de tolérance. Une tentative d’élucidation de cette contradiction emprunte la voie de l’examen des sources romaines des normes qui en dérivent historiquement. Tant les sources juridiques proprement dites que les sources littéraires latines antiques en général, il s’est imposé d’interroger les secondes en raison du faible nombre d’occurrences du verbe mentiri et du substantif mendacium dans les premières.

Version numérique disponible sur :

  • Strada lex Belgique

Vous êtes abonné ? Activez gratuitement la version numérique grâce au code présent dans l’ouvrage.

Sommaire

Remerciements
Introduction

Partie 1 – Le lexique latin du mensonge : Reditus ad Fontes
Chapitre 1. – La terminologie du mensonge chez Saint Augustin
Chapitre 2. – Les antécédents de la terminologie augustinienne
Chapitre 3. – Lacune ou omission d’une source ambiguë ? L’Hippias Mineur
Chapitre 4. – Une notice d’Aulu-Gelle : révélatrice ou trop érudite ?
Chapitre 5. – Les illustrations du mendacium dans les Nuits attiques
Chapitre 6. – L’usage prudent du substantif mendacium
Chapitre 7. – Deux attestations de la distinction de Nigidius Figulus antérieures à celle d’Aulu-Gelle ?
Chapitre 8. – Réconciliation et compatibilité du verbe et du substantif
Chapitre 9. – Mentir en prose : le Satyricon
Chapitre 10. – Plaute ou le mensonge comme ressort de la comédie
Chapitre 11. – Pseudolus : l’argument comique
Chapitre 12. – La fortune de Pseudolus

Partie 2 – Les leçons de pseudolus ou le mensonge sous la république
Chapitre 1. – Le poète est-il un pédagogue ou un témoin ?
Chapitre 2. – L’expression majeure de la doctrine épicurienne à Rome
Chapitre 3. – Le procès du clinamen
Chapitre 4. – Faut-il identifier l’auteur de la notion de clinamen ?
Chapitre 5. – Une lecture d’Épicure affranchie du clinamen
Chapitre 6. – La possibilité d’une irruption latine et poétique d’Épicure sans anachronismes
Chapitre 7. – La méthode dite de « non-infirmation »
Chapitre 8. – La non-infirmation de Pseudolus
Chapitre 9. – Deux préventions trompeuses
Chapitre 10. – Le carmen malencontreux de Naevius
Chapitre 11. – Coercition ou juridiction capitale interrompue ?
Chapitre 12. – Les qualifications des Metellus
Chapitre 13. – L’entendement du carmen chez les Metellus
Chapitre 14. – Le cadre de la liberté d’expression de Plaute
Chapitre 15. – L’exécution comique du menteur
Chapitre 16. – La consécration théâtrale du mendacium
Chapitre 17. – L’articulation du vice et de la vertu dans le mendacium
Chapitre 18. – Le bouclier du formalisme
Chapitre 19. – La traditio de Phénicie
Chapitre 20. – La lésion du léno
Chapitre 21. – La subversion du mendacium
Chapitre 22. – La sollertia et le culte rendu à Mens
Chapitre 23. – Pseudolus armatus intentusque
Chapitre 24. – Le bon usage du mendacium

Partie 3 – D’un conflit de valeurs à une réception juridique marginale
Chapitre 1. – La valorisation romaine de la sincérité
Chapitre 2. – L’autorité de la vérité
Chapitre 3. – L’éclairage des faits
Chapitre 4. – L’actif de la succession
Chapitre 5. – L’inventaire de l’héritage
Chapitre 6. – Composer avec son époque
Chapitre 7. – Amertume et dualité
Chapitre 8. – La légende
Chapitre 9. – La permanence de l’identité
Chapitre 10. – La dispersion des occurrences juridiques
Chapitre 11. – La promotion de la sincérité dans le ius gentium
Synthèse

Mnemo

MENROM

Langue

FR

ISBN

9782802743606

Nombre de pages

652

Date de parution

Août 2016

Liste des contributeurs

Auteur

  • Patrick Vassart : Chargé de cours à l’Université de Mons