Le droit international, le capitalisme et la terre

Histoire des accaparements de terres d'hier à aujourd'hui

1re édition 2021

Emmanuelle Tourme Jouannet

En stock
75,00 €
icon-card
Paiement 100% sécurisé
icon-pack
Expédition en 24/48h ouvrables
icon-phone
Besoin d'aide ? Contactez-nous au 0800 39 067

Description

Le présent ouvrage étudie les liens historiques qui se sont noués entre le droit international et le capitalisme à travers le statut conféré à la terre. Il s’agit en fait de prolonger sous un angle nouveau notre réflexion sur les finalités du droit international et les critères empiriques de la justice sociale au plan international.

L’objet de ce livre est bien d’écrire une histoire portant sur le triptyque constitué par le droit international, le capitalisme et la terre, cette dernière servant à la fois de moteur originaire et de révélateur a posteriori des liens intrinsèques qui se sont noués à travers le temps et l’espace entre les deux premiers. En témoigne le phénomène contemporain de l’accaparement des terres. Depuis au moins deux décennies il se produit une véritable « ruée mondiale vers les terres » de la part de certains États et surtout des grands acteurs économiques privés pratiquant l’agro-business et l’agro-carburant.
Or l’ensemble des règles du droit international économique et du droit transnational des investissements a contribué à l’augmentation continue de ces accaparements et au fait que la terre fasse aujourd’hui l’objet d’une financiarisation à outrance qui va jusqu’à la dématérialiser. La terre devient un asset, une valeur refuge en bourse pour les investisseurs/accapareurs. De milieu tangible le plus concret, le plus immuable et matériel qui soit, la terre est passée à l’état d’un produit financier qui est par principe volatile, immatériel et impalpable. Ce faisant elle fait l’objet d’une exploitation intensive poussée à son extrême afin d’obtenir le plus de rendements possibles et donc de bénéfices.

Qu’est-ce que donc alors que la terre selon le droit international ? Est-ce un milieu, un espace ou un bien détenu en pleine propriété par l’être humain ? Est-ce le substrat de l’identité des êtres humains ou est-ce une marchandise ? D’où vient le besoin incessant de nouvelles terres qui a jalonné toute l’histoire humaine et que le droit international a licité tout au long des siècles ? Pourquoi tant de guerres et de contentieux pour des territoires ou la délimitation de frontières ? Pourquoi tant d’accaparements et de dépossessions de terres ou vivaient et où vivent encore des peuples autochtones ou des populations rurales démunies? Mais aussi quel est le rapport des questions liées à la terre avec la Nature et avec la Terre considérées comme un tout ?

Ce livre est une invitation à réfléchir à ces questions en cheminant à travers le temps.

Version numérique disponible sur :

  • Strada lex Belgique

Vous êtes abonné ? Activez gratuitement la version numérique grâce au code présent dans l’ouvrage.

Sommaire

Introduction
Chapitre 1 – Origines conceptuelles du discours juridique européen sur l’appropriation et l’exploitation de la terre – Le droit des gens moderne
Chapitre 2 – Moment colonial de l’accaparement des terres − Le droit international des nations civilisées
Chapitre 3 – Marché mondial des terres − Droit international de la société globale
Conclusion

Liste des contributeurs

Auteur

  • Emmanuelle Tourme Jouannet : Professeure à l’École de droit de Sciences Po Paris

Mnemo

DRINCATE

Langue

FR

ISBN

9782802769996

Nombre de pages

412

Date de parution

Novembre 2021

Nom de la collection

Collection de droit international

Support

Papier

Poids

660 gr.
Recherche propulsée par ElasticSuite